Calvados  14
Saint Leger Dubosq
Je ne mets aucune photo d’acte car il y en aurait de trop
Envoyé par Naxos Berger
il y a à Saint Léger Dubosq (1679-1792) un curé qui tient un journal
Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Leodegarius en l2861.
Saint Léger fit sa formation dans la région de Fécamp.
Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bosc-en-Auge2; puis Saint-Léger-du-Bosc en 1801, c'est-à-dire « Saint Léger du Bois ».
Dans cette proisse, le curé en poste à noter à parit de 1732, peut être avant et aussi après les faits importants qui se sont déroulés dans sa paroisse que dans celles procches.
Ca va de
Plantations de chênes,
Plantation d’un noyer derrière le pressoir page 313
Un bébé trouvé sur les marches de l’église etc. etc.
Toutes les intempéries durant sa cure
La coqueluche
La reddition d’une ville allemande
C’est faramineux tout ce qu’il a noté, je n’ai pas tout relevé mais ce registre fourmille de faits divers que vous pourrez aller consulter sur
https://archives.calvados.fr/ark:/52329/v504fdwb6nlk/88b62f24-27cd-48f0-b521-7d3433a2dbb9
registre 1679 à 1792
Bébé trouvé
Ce mardy 16 aout mil spet cent vingt neuf au son de la cloche se sont assemblés
Devant nous Fr Duchemin ptre curé de St Léger Dubosq les paroissiens de la ditte paroisse pour
Délibérer des affaires de leur communauté et entre autres sur ce que dimanche dernier
Il se trouva un enfant femelle -------- a un fermier devant---------
Dans un panier lesquels paroissiens scavoir Jean……. Jacques……. -----------
Francois………. %ichel…… et lesquels ont donné --------- à 20 (livres ?)
Au trésorier etc…
Je n’arrive pas à lire mais je pense que c’est pour élever cet enfant

Histoires de religieux
Vingt et un juillet mil sept cent trente deux Messire
Henry Ygnacer de Brançais évesque de Lisieux teint notre
Calende de Beuvon dans l’abbaye de Roalprey ledit jour ces
Religieux au nombre de trois restez dans lad abbaye reconnurent le
Seigneur évesque de Lisieux pour leur superieur poiur ne pas des-----
De l’abbaye du Valdechoux ? qui est leur general de l’ordre bénnédictine

Des intempéries
Du 3 octobre 1734 pluies qui durèrent jusqu’à Noêl qui empêchèrent d’achever les semences des blés
La plus part ont pourri et le jour de Noêl se furent les grandes eaux qui pourrirent le reste des blés
D’autres pluies abondantes les herbages et marais étaient couverts d’’eau sur 7 à 8 pieds de haut
En Janvier 1735 ce fut une grande tempête qui arracha une prodigieuse quantité d’arbres aux environ de 280 ils n’ont pu être dénombrés correctement de mesme le comble de la nef de l’église de---- proche Dumesnil abbatu
Une partie de l’église de Berneville abbatue et ailleurs les maisons tres endomagées etc.

Le curé capitule
Devant l’ampleur, les dégâts et la durée des intempéries le curé capitulede les noter, il faudrait un livre entier note t’il pour les indiquer toutes

Marchand de cidre
Une abondante quantité de pommes en 1733
De mémoire d’homme il n’a jamais été vu cela à tel point que le marchand de pommes n’en veut plus
Il les prends pour 1 sol le pot, 500 sols le tonneau et en plus il ne trouve personne pour en acheter si bien qu’une grande quantité de pommes furent perdues dans les champs
Dans le coupry , de Silly il eut bien de quoi faire 20 mares. Perdu aiinsi la dixme ------
Trouva dans le mesme cas de perte, le Pincy 3 deniers le ----
Et il y eut aussi la moitié des poires de perdues

Place forte de l’empire
Le 24 juillet 1734 la ville de Philisbourg en Allemagne proche le Rhein de la plus forte place de l’empire a été prose par l’armée de Louis XV roy de France après 7 semaines de siège y ayant été consomme70 mil boulets de canon et 20 mil bombes en sorte que la ville a esté rduite en cendres et est sortie par capitulation, 3500sols soldats avec armes et bagages y aient trouvé encore dans cette ville 15 mili-------- de poudre et de munition pour 15 jours à soutenir le siège

Plantation de 940 chesnes
1736 940 chesnes plantés sur la chesnaye de Silly entre les genest et le bois et le haut des douaires 60 pieds chaque arbre la 3ème partie mesure environ 9 pieds de diametre et circonférence et trois pieds de largeur dont un avait 40 pieds de haut sous branches fut acheté 500 francs ladite chesnaies est vendue 24000 francs par la marquise de Silly

Plantation d’un noyer
4 mars 1733 moy pbtre cure de St Léger ay planté un noyer derrière le pressoir éloigné de la hayes de l’herbage nommée la juberie

La coqueluche
Depuis le début de février 1733 s’est echoué une maladie universelle depuis Paris – Rouen, Pont-Audemer – Caen et dans les campagnes et villages qui se nomme « Coqueluche », etc..
Suit l’explication de cette maladie les étapes successives de son évolution au point d’annuler une partie du carême et que les habitants puissent se nourrir correstement

Le poids de la cloche
Je n’ai pas trouvé la date de l’acte mais on lit sur l’acte qu’elle a été refondué en 1 ???26 elle pèse 425 ???cette cloche couta 60 livres

Intempéries
En l’année 1731 le curé s’aperçoit que cette année a été pire que celle de 1716
(Attendre la traduction de Michel Meriel)
Pour la suite c’est le relevé des calamités engendrées par la pénurie d’eau qui a sévi depuis la St Jean Baptiste
1730 à 1731 le mois de septembre
Point d’eau dans les ruisseaux, dans les mares, les rivières qui ne coulaient que très peu et lesdites bestes
Nommées (les mans) (en attente de M Meriel) firent mourir aussy presque tous les geans des
Herbages le foin a tellement manqué qu’il a valu jusqu »à 60 livres le cent. La sécheresse s’est etendue jusqu’à 10 lieues par contre il y eut des fruits en abondance les pommes ne valant que 5 sols
Les fermiers durent faire paître leurs orges à leurs moutons afin qu’ils ne meurent pas de faim
ENTOMOL. Larve du hanneton. Synon. ver blanc, turc.Ses larves [du hanneton], connues sous le nom de vers blancs, de turcs, de mans, etc., rongent les racines des arbres et les font périr (DU BREUIL, Cult. arbres,1876, p. 241).
− Dans un cont. plais. Il imagina, pour détruire les mans, d'enfermer des poules dans une cage à roulettes, que deux hommes poussaient derrière la charrue; ce qui ne manqua point de leur briser les pattes (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 35)

Intempéries
C’est en 1732 le curé note qu’il s’est fait moult processions, jusqu’à 60, afin de faire pleuvoir
Les paroissiens firent leurs dévotions, communièrent près de 150 personnes se déplacèrent pour les processions et s’en retournèrent sans bpoire ni manger

Et il y en a ainsi pratiquement tout le registre durant la période où se curé fut à St Léger Dubosq
accueil
retour tableau 0001
page précédente page 10 page suivante