Pas de Calais  (62)
Neuville st Vaast
Souchez
Des vestiges d'habitations gallo-romaines témoignent de l'occupation du territoire au début de notre ère.
Le testament de l'archevêque de Reims mentionne Souchez sous le nom de Sabucetum en 540. Mais l'authenticité de ce document est réfutée par certains historiens.
      En 1213, Souchez est dévastée par les troupes du comte Ferrand de Flandre alors en guerre contre Philippe Auguste11.
      Le village est de nouveau détruit en 1303 par les Flamands, puis en 1380 par les Anglais au cours de la guerre de Cent Ans
Souchez sert de lieu de garnison à deux reprises : en 1648, pour les troupes du prince de Condé pendant la bataille de Lens, ainsi qu'en 1654 pour les troupes espagnoles durant le siège d'Arras
     L'église Saint-Nicolas, détruite au cours de la
Première Guerre mondiale et reconstruite entre 1928 et 1931
      le bénitier en pierre, daté de 1765, situé dans l'église Saint-Aignan, classé au titre objet
     L’Hospice* de Souchez était situé entre la rue de l’Autel (actuelle rue Raoul Briquet) et la ruelle du Moulin.important édifice et le village de Souchez ont été totalement détruits en mai 1915 lors du 1er conflit mondial. Malgré la volonté des élus et des habitants, l’Hospice ne fut pas reconstruit
 Une chapelle était érigée à l’endroit de l’église de la commune. L’ensemble
avait une superficie de 6500m². Des jardins attenants d’une surface de 13300m² étaient situés entre la ruelle et la rivière. En 1866, Mademoiselle Elise LEMOINE achète une maison avec de vastes locaux pour accueillir des infirmes et des vieillards qui seront de plus en plus nombreux au fil des années. Afin de faire face au nombre croissant de personnes accueillies et pour assurer l’avenir, la Congrégation des Sœurs Franscicaines de Calais prend le relais en 1874. Les religieuses développent l’Hospice du Sacré Cœur de Souchez en construisant   
progressivement des bâtiments (hébergement, chapelle, dépendances…).
     Le socle de la croix de grès, datant du Moyen Âge, partiellement détruite pendant la Première Guerre mondiale et exhumée lors de la reconstruction de la ville56 ;
     Des classes sont ouvertes. La capacité d’accueil augmente pour atteindre environ 350 personnes. Il faut également ajouter les sœurs et le personnel. Des ouvriers spécialisés, mécaniciens, menuisiers, jardiniers, cuisinières, occupent toute l’année l’Hospice.
     Différents ateliers sont aménagés afin de permettre un fonctionnement quotidien en totale autonomie : forge, menuiserie, ferme, boulangerie, boucherie, sans oublier le jardinage et la culture des légumes. Ainsi, c’était un village au sein du village de Souchez

Benediction du calvaire et de la chapelle de notre dame de Foy

Le seize septembre mil sept cent quatre vingt
Sept la bénédiction du calvaire en fer a été
Faite par Mr Bullette, curé d’Ablain st Nazaiure
Et Doyen de chrétienté au district de Lens
Le trente du même mois la bénédiction de
La chapelle sous liguevocation de Notre Dame
De Foÿ size sur le chemin de Bethune a été
Faite par nous curé soussigné
accueil
retour tableau 0003    
page précédente page 3 page suivante